Refus de crédit : les solutions lors d'un prêt immobilier refusé

credit refusé : Refus de crédit : les solutions lors d'un prêt immobilier refusé

A l’issue de la présentation de son plan de financement au banquier, l’emprunteur peut se voir refuser un crédit immobilier.
Mais si le refus de prêt immobilier est une décision laissée à l’appréciation discrétionnaire du banquier, qui induit qu'il y ait des conséquences d'un crédit refusé elle n’est pas pour autant arbitraire car elle est toujours motivée….

Les motifs valables de refus d’un prêt immobilier

Un refus de prêt immobilier est une décision qui doit dans tous les cas être justifiée par l’établissement de crédit.

L’une des principales causes de refus est la situation financière de l’emprunteur, telle qu’elle ressort de son plan de financement. Ce dernier est un document présenté au banquier par l’emprunteur et qui retrace l’ensemble des avoirs et des charges financières de ce dernier, ainsi que le montant et la durée du prêt immobilier sollicité.

Au vu du plan de financement, l’établissement prêteur évalue le taux d’endettement de l’emprunteur. Si ce taux est supérieur à 33%, le banquier émet déjà des réserves quant au financement du projet immobilier. Le banquier sera d’autant plus circonspect s’il découvre à travers le plan de financement que l’emprunteur a d’autres crédits en cours non soldés.

Mais l’élément central du refus de financement par le banquier est la capacité d’emprunt. Celle-ci dépend à la fois de votre taux d’endettement et de votre capacité de remboursement. Lorsque le banquier estime donc que vous ne pourrez raisonnablement pas faire face à vos mensualités avec vos revenus nets mensuels, il est en droit de vous refuser un prêt immobilier.

Les motifs infondés de refus d’un prêt immobilier

Si l’insuffisance de la capacité d’emprunt est généralement un motif valable de refus d’un prêt immobilier, la seule considération du taux d’endettement ne l’est pas.
En effet, le calcul de la capacité d’emprunt intègre plusieurs facteurs dont le taux d’endettement mais également la capacité de remboursement.

Le fait que l’emprunteur dispose d’un taux d’endettement supérieur à un tiers de ses revenus mensuels (33%) n’est pas un motif suffisant pour refuser le prêt immobilier.
Lorsque le taux d’endettement est compensé par une capacité de remboursement suffisante, notamment lorsque l’emprunteur prévoit des rentrées d’argent futures, le banquier n’est pas en droit de refuser catégoriquement le prêt immobilier.
D’autant plus que ce dernier dispose de garanties telles que l’assurance-crédit, le cautionnement, l’hypothèque, le privilège du prêteur de deniers.

Que faire en cas de refus d’un prêt immobilier ?

Que faire si le crédit est refusé?
Face à un refus de prêt immobilier, l’emprunteur dispose de plusieurs options.
La première et sûrement la plus raisonnable consiste à éponger ses autres dettes de financement (en cas de crédits multiples) et à revenir ultérieurement vers le même banquier.

Si toutefois vous estimez que le refus était infondé, il est judicieux de se tourner vers d’autres établissements de crédit, mieux encore de faire appel à un courtier en crédit immobilier pour démarcher les offres de crédit à votre place.