Litiges et recours pour une location saisonnière

litiges et recours pour une location de vacances : Litiges et recours pour une location saisonnière

Avec la rude concurrence qui s’est établie actuellement sur le créneau des locations saisonnières, il n’est pas rare que les annonces promettent plus qu’elles n’ont en réalité à offrir. Dans ce contexte, les locataires sont ainsi souvent victimes de publicité mensongère. Et dans les pires hypothèses, de véritables faits d’escroqueries.
Que faire dans de telles hypothèses? 

Litiges en location saisonnière : les solutions amiables à privilégier avant d’aller plus loin

Avant de penser à d’autres alternatives possibles, l’idéal est de privilégier une solution à l’amiable. La location de vacances exigeant comme tout autre type de location l’établissement préalable d’un état des lieux d’entrée, n’hésitez pas à indiquer au propriétaire ou son représentant la raison de votre déception. Généralement, une manifestation ferme de votre mécontentement suffira en effet pour obtenir des résultats probants. Si les disparités entre les descriptifs promis par l’annonce et la réalité ne sont pas trop conséquentes, il peut être intéressant de négocier par exemple une simple réduction sur le prix convenu. Dans le cas contraire, exigez tout simplement une location de substitution. Si cela n’est pas possible, réclamez le remboursement des sommes que vous avez déjà déboursées.

Conflits en location saisonnière : les recours contentieux possibles

Lorsque les alternatives à l’amiable ne donnent pas de résultat satisfaisant, d’autres recours plus contraignants existent.
Pour commencer, le locataire déçu pourra par exemple saisir en premier lieu l’office du tourisme de la localité pour dénoncer les agissements frauduleux du propriétaire. Même s’il ne dispose pas directement de pouvoir de contrainte sur le bailleur, cet organisme peut néanmoins demander à la préfecture le déclassement de celui-ci. Ce peut être là un moyen assez contraignant pour obliger le bailleur à la négociation. Si ces solutions ne donnent rien, il reste la voie judiciaire.
Mais pour s’y engager, il conviendra de mettre tous les atouts de son côté. Pour ce faire, adressez le plus tôt possible une réclamation officielle au bailleur via une lettre recommandée avec accusé de réception. Mentionnez dans cette lettre les disparités avec l’annonce que vous avez constatées de visu lors de votre entrée dans les lieux. Dans la mesure du possible, accompagnez votre réclamation de photos que vous aurez prises des lieux. Faute de réponse satisfaisante de sa part, vous aurez ainsi l’opportunité de saisir la Justice.
A ce niveau, deux alternatives sont possibles. Si votre objectif est de vous faire indemniser de vos préjudices, saisissez le Tribunal de Grande Instance du lieu de la location.
Si par contre, vous voulez uniquement dénoncer la publicité mensongère dont vous avez été victime, déposez une plainte auprès du Procureur de la République. 

Conseils pour prévenir les mauvaises surprises

Pour s’éviter toute mésaventure en cas de location saisonnière, quelques précautions simples doivent être prises avant de s’engager :

-          Premièrement, toujours prendre la précaution d’exiger d’avance un descriptif exhaustif des lieux avant de signer quoi que ce soit. Dans cette optique, réclamez des photos de la location pour faire plus simple. C’est en effet beaucoup plus parlant.

-          Ensuite, toujours prendre la peine de bien inspecter à la loupe les caractéristiques de la location promise. Est-ce que celle-ci se situe bien au bord de la mer comme convenu ? A quelle distance des lieux de commerce se situe-t-elle exactement ? Y a-t-il des ascenseurs dans l’immeuble ? Etc.