Les autres articles

Salaire d’agent immobilier : quel est -il?

salaire d'un agent immobilier : Salaire d’agent immobilier : quel est -il?

Eu égard aux conséquences qui découlent de son statut d’intermédiaire entre l’offre et la demande sur le marché de l’immobilier, les honoraires d'un agent immobilier sont gouvernés par des modalités spécifiques qui ont fait la réputation de la profession il y a encore quelques années de cela. 

Mais face aux mythes et fantasmes en tous genres que nourrissent aujourd’hui les néophytes sur ce métier, quelle est la réalité des choses sur le terrain ? 
Focus sur les modalités concrètes de rémunération de l’agent immobilier.

Principe de rémunération de l’agent immobilier proprement dit

Comme toute personne s’inscrivant dans le rouage classique de l’économie de marché, l’agent immobilier reçoit une gratification financière en échange des services qu’il rend à ses clients.

Mais cette rémunération a une spécificité particulière : elle s’effectue proportionnellement au montant des transactions réalisées selon un pourcentage prédéterminé entre l’agent et son client.
En d’autres termes, il s’agit en réalité d’un système de « commission » par affaire conclue.

Notons qu’en pratique, le taux des commissions est en fait unilatéralement fixé par les agences. Et le client a donc rarement l’opportunité de les négocier.

Face à cette réalité, la loi oblige ainsi les agents à afficher en clair dans leurs locaux et leurs vitrines les taux des commissions qu’ils perçoivent sur chaque type de transaction afin d’éviter les possibles abus. Outre cela, obligation leur est également faite d’inscrire en net ces pourcentages dans les contrats de vente qu’ils concluent pour le compte de leurs clients. Par ailleurs, si elles étaient plafonnées selon un barème légal national auparavant (jusqu’en 1986), les commissions sont aujourd’hui librement fixées. 

Dans le cadre d’une vente, la commission perçue par l’agent immobilier est généralement supportée par le seul propriétaire du bien. Alors que dans le cadre de la gestion d’un mandat locatif (c’est-à-dire lorsque le but de l’intervention de l’agent est de trouver un locataire au bien confié en mandat), la pratique veut que la commission de l’intermédiaire soit supportée chacune pour moitié par le propriétaire et le locataire.

Quant à leurs taux, en moyenne les commissions d’agence se situent, selon les types de transactions concernées, entre 4 et 8% TTC du quantum de ces dernières. Les taux ayant généralement tendance à grimper lorsque les transactions revêtent un caractère commercial (ex : transactions sur des locaux de fonds de commerce etc.).
Notons enfin, et c’est là toute la spécificité du mode de rémunération de l’agent immobilier, que si les transactions n’aboutissent pas, celui-ci ne percevra aucune commission ni quelque autre sorte de rémunération pour les efforts qu’il aura déployés…

La rémunération des négociateurs immobiliers travaillant pour l’agent immobilier

Pour l’aider à gérer son affaire, l’agent immobilier s’entoure généralement d’une équipe de négociateurs immobiliers qui effectuent le travail sur le terrain.
Selon les cas, ces commerciaux peuvent bénéficier de deux catégories de statuts différents :

- soit ils ont un statut de salarié et dans ce cas, ce sont des agents immobiliers qui perçoivent une rémunération périodique (mensuelle en générale) fixe assortie dans 99% des cas d’une commission sur les transactions effectuées de manière à les intéresser au chiffre d’affaires de l’agence ;

- soit ils ont un statut d’agents commerciaux indépendants, et à ce titre, ils ne perçoivent pas de rémunération fixe mais  les commissions  sur les transactions effectuées. Bien sûr, dans cette seconde hypothèse, les commissions seront plus significatives que ce qui est proposé aux négociateurs salariés.