Quelle est la journée type d’un agent immobilier ?

journée type d'un agent immobilier : Quelle est la journée type d’un agent immobilier ?


Que ce soit dans le cadre d’un mandat locatif ou transactionnel, l’agent immobilier est investi d’une mission unique : vendre, et si possible autant que faire se peut car c’est là son moyen de gagner sa vie.
Eu égard à l’ampleur de la tâche, comment la journée type d’un agent immobilier peut-elle bien se dérouler ?
 
Focus sur les coulisses du metier d'agent immobilier qui reste encore paradoxalement assez méconnu…

Archétype de l’agenda matinal d’un agent immobilier 

Étant donné la mission dont il est investi, l’agent immobilier a une amplitude de travail journalière très remplie et, il faut l’admettre assez éreintante. Ainsi, dans le cas d’un agent négociateur par exemple, il commence son agenda matinal dès son arrivée au bureau par le renflouement de sa pige immobilière.
Dans le jargon technique, la pige immobilière est la banque de données que se constitue l’agent immobilier afin de répertorier toutes les annonces susceptibles d’être transformées en mandats, diffusées au niveau de tous les systèmes de média existants.
Pour en revenir à l’agent négociateur immobilier : celui-ci doit donc, ainsi qu’il a été dit, constituer valablement chaque matin sa pige en balayant de manière systématique toutes les annonces parues dans les journaux spécialisés et sur les sites web dédiés à la matière.

Pour ce qui est de cette dernière hypothèse, pour être le plus efficace possible (car le temps c’est de l’argent !), l’agent immobilier a quasi systématiquement aujourd’hui recours à des logiciels spécialisés qui récoltent automatiquement à sa place les annonces intéressantes et parfois même contactent directement les propriétaires des biens identifiés.

Pour le négociateur bénéficiant d’une aide aussi salvatrice, la tâche importante de sa matinée sur ce point est alors la vérification des annonces envoyées et des rapprochements avec son portefeuille acheteur et vendeur.
Il pourra ainsi contacter les vendeurs potentiels, leur fixer un rendez-vous et leur proposer de passer à l’agence pour discuter plus amplement du projet.

Une fois le « checking » de sa pige effectuée, l’agent immobilier passera ensuite au deuxième point essentiel dans son agenda de la matinée : l’appel des clients-propriétaires des biens qu’il détient en mandat. Le but est d’effectuer un compte-rendu sur l’état de leur « dossier » afin de les tenir au courant de l’évolution des choses. Il s’agira par exemple de leur dire combien de personnes sont jusqu’ici intéressées par leurs biens et ont demandé à en faire la visite etc. 

Agenda-type de l’agent immobilier l’après-midi

Une fois le volet chronophage de pige immobilière, de rapprochement et de contact clientèle effectué, la mi-journée sera déjà dans la plupart des cas bien consommée.
 Il est ainsi temps de passer au prochain point important : les visites des biens en mandats.

Il s’agit de faire visiter aux acquéreurs (ou locataires) potentiels intéressés les biens confiés par les clients à l’agence.
Bien qu’intéressant, ce volet peut se révéler, il faut l’admettre, parfois éreintant car il nécessite de visiter de nombreux biens par acheteur potentiel, de se déplacer donc souvent, de convaincre sur place les acquéreurs potentiels du bien-fondé dudit bien immobilier en adéquation avec leurs recherches…
Mais cela est la partie passionnante de la journée car elle permet à l’agent immobilier d’exercer pleinement son travail de négociateur et de conseiller clientèle et d’être en contact direct et privilégié avec ses prospects et clients.

Entre deux visites, l’agent peut prendre également assez fréquemment le temps de partir sur le terrain à la rencontre de particuliers désireux de mettre eux aussi leurs biens sur le marché. Bien que chronophages, de telles initiatives peuvent en effet s’avérer tout aussi efficaces pour la constitution de sa pige personnelle.